FANDOM


Great Fire London-1-.jpg

Détail d’un tableau de 1666, par un artiste inconnu, représentant l’incendie tel qu’il devait apparaître dans la soirée du mardi 4 septembre à un observateur situé dans un bateau près des actuels docks de St Katharine. À droite la tour de Londres, à gauche le pont de Londres, et la cathédrale Saint-Paul à l’arrière-plan, au cœur des plus hautes flammes

Le Grand incendie de Londres est un violent incendie qui ravagea le centre de Londres du dimanche 2 septembre au mercredi 5 septembre 1666[N 1].

Le feu ravagea la cité de Londres à l’intérieur du mur romain et menaça, sans toutefois les atteindre, le quartier aristocratique de Westminster[N 2], le palais de Whitehall, résidence du roi Charles II d’Angleterre, et la plupart des quartiers pauvres de banlieue[1]. Il a consumé 13 200 maisons, 87 églises paroissiales, la cathédrale Saint-Paul, et la majorité des bâtiments des autorités de la Cité. On estime qu’il a coûté leur domicile à environ 70 000 des 80 000 Londoniens[2]. Les pertes humaines furent très faibles, puisque seuls six décès vérifiés ont été consignés, mais ce bilan a récemment été remis en question en vertu du fait qu’à l’époque, le décès des membres des classes basses et moyennes n’étaient pas consignés et que de nombreuses victimes ont pu être incinérées par la chaleur du brasier sans laisser de traces identifiables.

Après s’être déclaré le 2 septembre peu après minuit, dans une boulangerie de Pudding Lane, le sinistre s’est rapidement propagé vers l’ouest à travers la ville de Londres. L’indécision du lord-maire de Londres Thomas Bloodworth retarda la création de coupe-feu par démolition qui était, à l’époque, la principale technique de lutte contre les incendies. Lorsque des démolitions de grande envergure furent enfin ordonnées dans la nuit du dimanche au lundi, il était trop tard, car le vent avait déjà eu le temps d’attiser l’incendie. Le lundi, le sinistre se propagea vers le nord et le cœur de la Cité. Le chaos s’installa dans les rues lorsque se répandirent des rumeurs accusant des étrangers d’allumer des feux. D’importants groupes de Français et de Hollandais, alors ennemis de l’Angleterre dans le cadre de la deuxième guerre anglo-hollandaise (1665-1667), furent victimes de lynchages et de violences de rue de la part des sinistrés. Le mardi, l’incendie s’étendit à la plus grande partie de la Cité, détruisant la cathédrale Saint-Paul et traversant la Fleet pour menacer la cour de Charles II à Whitehall tandis que des actions coordonnées de lutte contre le feu étaient mises en place. On considère que l’incendie a été circonscrit grâce à deux facteurs : la tombée des forts vents d’est et l’utilisation par la garnison de la tour de Londres de sa poudre à canon pour créer des coupe-feu efficaces empêchant les flammes de se propager davantage vers l’est.

Les conséquences économiques et sociales de l’incendie furent accablantes. Charles II encouragea vivement l’évacuation de Londres et l’exode des sinistrés car il craignait une nouvelle révolte parmi les réfugiés dépossédés. Malgré plusieurs projets urbanistiques novateurs, Londres fut rebâtie en suivant d’assez près le plan des rues d’avant l’incendie[3].

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard